Le groupe des canidés comprend 35 espèces, parmi lesquelles on trouve le loup, le chacal, le renard, le dingo, et le canis familiaris, regroupant toutes les races de chiens domestiques.

Après avoir domestiqué les chiens sauvages, issus du loup, l'homme entreprit un élevage sélectif pour obtenir des animaux dotés de caractéristiques bien précises, en vue de tâches particulières telles que la chasse, la surveillance, le trait ou la garde de troupeaux. Plus récemment, nombre de spécimens de petite taille ont été élaborés pour servir d'animaux de compagnie.

Outre l’effet de la sélection,des influences naturelles s'exercent sur les races en fonction de leurs origines géographiques. Toutes catégories de chiens actuelles appartiennent à une espèce unique, le canis familiaris, qui a appris, au fil de siècles de cohabitation avec l'homme, à vivre au sein de nos maisons et à s'adapter à nos structures sociales.

Les chiens sauvages et l'homme

Les chiens furent domestiqués par les premiers hommes. Ils pénétraient au sein des tribus à la recherche de nourriture; leur petits, subtilisés pour servir de nourriture lorsqu’ils auraient engraissé, s'habituèrent aux humains dont ils devinrent, peu à peu, les premiers compagnons animaux.

Ces chiens à peine domestiqués étaient probablement employés pour la chasse. A demi sauvages, ils se montraient également utiles pour garder le camp contre les bêtes féroces et les assaillants humains.

Depuis ces primitifs, les deux mille ans d'élevage sélectif qui se sont écoulés ont produit l’immense et merveilleuse variété de races qui existent aujourd'hui.

La hiérarchie au sein de la meute

Le tempérament du chien est en grande partie "instinctif". Cette part "née" se transmet génétiquement - on ne sait d’ailleurs pas précisément dans quelle proportions, car aucune étude n'a été menée sur le sujet (en outre, ces chiffres pourraient varier selon les races)

La plupart des spécialistes affirment cependant que ce que nous considérons comme les problèmes de comportement du chien - nervosité ou agressivité, par exemple - sont directement liés aux éléments "acquis" de son caractère. Dans la nature, les chiens affirment leur position de la meute par la fréquence du contact physique et l'importance de l'attention qu'ils accordent à leurs compagnons. Un animal de statut élevé n'attache d'importance qu'à ses égaux, et défend âprement sa place, mais il ne se montre jamais "gratuitement" agressif car une telle attitude serait contraire aux intérêts du groupe.

Un chien soumis cède toujours le pas à ses supérieurs; il ne les provoque pas et n'essaie pas de prendre leur nourriture, il manifeste sa soumission en se couchant en présence du chien dominant, qui reste debout.

Le comportement de meute, toutefois, fait appel à la coopération. En travaillant ensemble, les membres du groupe peuvent attraper de grandes proies - ce qui est probablement la raison pour laquelle la hiérarchie ou, en d'autres termes, l'acceptation du chef est maintenue. Le chef de meute mange avant ses compagnons, choisit les femelles et occupe la position la meilleure dans la tanière. 

 Langage corporel

Chez le chien,le langage corporel à évolué pour favoriser une plus grande sociabilité, afin de contrebalancer l’instinct d'agressivité physique. Ce comportement instinctif est remplacé aujourd'hui par d'autres attitudes illustrant la dominance ou la soumission.

L'animal montre sa position élevée lorsqu’il se tient droit - tête et queue relevées, fourrure hérissée -, regardant son adversaire dans le yeux et ne reculant pas quand ce dernier le défie.

Le chien révélant sa position inférieure se comporte de façon radicalement opposée: il peut aller jusqu'à se mettre sur le dos pour exposer une partie vulnérable de son corps, ou lécher la bouche de son opposant en signe d'apaisement. ces attitudes, qui sont celles des chiens sauvages au sein de la meute, ont été conservées chez les chiens domestiques.

Chien domestiques

Aujourd'hui, l'homme a modifié le comportement du chien à tel point qu'il accepte son maître pour chef de meute. A ces yeux, la famille est un groupe au sein duquel il a des compagnons - qu'il considère peut-être comme des congénères - et qui fonctionne comme la meute sauvage.

Dans la nature, les membres du groupe consacrent la moitié de leur temps à chasser et à chercher de la nourriture. Aujourd'hui, au contraire des chats, très peu de chiens s'éloignent de leur maison et chassent pour tuer; ils acceptent que l'être humain leur fournisse des "proies" - qui arrivent parfois dans des sacs de supermarché - et qu'il les accompagne, lors de leur sorties quotidiennes, considérées comme des épisodes d'exploration et de marquage du territoire.

La domestication du chien signifie pour l'animal des nouvelles règles. Toutefois, les border collie qui travaillent à rassembler des moutons ont un comportement instinctif similaire à celui des loups de l'Arctique chassent les caribous: ils tournent en cercles autour des bêtes, se couchent ou se précipitent en rampant vers leur proie. Dans la vie sauvage, les loups finissent par tuer leur proie pour nourrir le groupe.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.